Galerie des Modernes

En | Fr

Fikret Moualla

Expressionnisme, Gouachiste, Bohème

(Istanbul, 1903 – Mane, 1967)

Fikret Moualla

Fikret Moualla, né à Istanbul en 1903, fait parti d’une grande famille turque. Légèrement handicapé à la suite d’un accident et traumatisé par la mort prématurée de sa mère, il sombre dans la révolte et l’alcoolisme dès l’âge de 15 ans, ce qui lui vaut de nombreuses hospitalisations.

Son père le destine au métier d’ingénieur et en 1919 l’envoie poursuivre ses études en Allemagne, où il fréquente les artistes et acquiert une solide formation classique à l’Académie des Beaux-Arts de Berlin. Il fût notamment l’assistant du célèbre portraitiste Arthur Kampf et il fit la connaissance de Hale Asaf, figurant parmi les premières femmes peintres turques.

Au bout de six années d’études il reçoit un diplôme d’honneur. Il séjourne à Munich où il enseigne le dessin à l’Académie des Beaux-Arts, puis se rend à Paris.

En 1929, il retourne a Istanbul et retrouve son pays en pleine transformation sous la férule d’Ataturk. Il obtient un poste de professeur de dessin à son Lycée Galatasaray, mais les esclandres et les bagarres qu’il provoque le font interner à l’hôpital de Bakirkoy. Il y rencontre le légendaire poète et critique social Neyzen Tevfik qui va l’influencer pour le restant de sa vie. Il travaille également comme professeur de dessin dans la petite ville d’Ayvalik sur la côte Egéenne. Pendant cette période, il collabore avec le poète Nazim Hikmet pour la mise en scène des pièces de théâtre de celui-ci. Il accroche également ses tableaux dans des librairies et chez les encadreurs.

Pour des raisons de rapidité d’exécution et d’économie du matériau, il peint surtout à la gouache. Contrairement au dessin incisif, frôlant la caricature, sa gamme colorée trahit une tendre nostalgie. Rouge, roses et orange se posent sur les sujets avec une chaude indulgence. Dans la lointaine suite de Toulouse-Lautrec, il peint des nus, des scènes de maisons closes, de la rue, de la vie des cafés, quelques natures mortes aussi.

 

en savoir plus

Œuvre(s)